Tristes mais sûrs de ce qui nous rassemble

11 janvier 2015 Laisser un commentaire

Aujourd’hui, on m’a demandé ce que je voudrais dire aux musulmans.

Mais rien, du tout, car ils n’y sont strictement pour rien.
Lorsqu’un groupe d’extrémiste massacre 17 personnes avec un AK-47, dont un papy de 80 ans qui s’accroche à son stylo, qu’il le fasse en s’écriant « Allahou Hakbar », « vive la république », ou « je n’aime pas la tarte au citron » n’a strictement aucune espèce d’importance, hormis pour faciliter son arrestation.

L’assassinat de ces hommes et femmes est l’œuvre de déséquilibrés qui cherchent à nous imposer un monde de haine et d’ignorance, un monde où avoir un point de vue et oser l’exprimer — ne serait-ce qu’à travers un dessin — est une preuve d’intelligence trop importante, trop subversive, pour être tolérée.

Ce monde me semble bien fragile.

Alors quel que soit le nom que ces hommes donnent à ce monde, ce n’est pas le miens, ce n’est pas le notre. Alors aujourd’hui, un parmi quelques millions, je suis triste mais sûrs de ce qui nous rassemble.

Solidarité (NewYorker)

Publicités
Catégories :Uncategorized

Uhuru – Enfin un OS mobile sécurisé

« Stayin’ alive » : Quand le disco sauve des vies

3% : ce sont vos chances de survie sans séquelles en cas d’arrêt cardiaque en France en 2011, ça ne fait pas beaucoup.
Si vous faites ce même arrêt cardiaque sur le territoire américain, vos chances de survies grimpent à 20%. Et si vous « choisissez » un casino pour vous briser le coeur  (toujours aux Etats-Unis), vous atteindrez les 50% de chances de survie. De 10 à 25 fois plus de chances de survie aux Etats-Unis comparativement à la France, God bless America, litteralement.

Lire la suite…

Rayonnement culturel de la France : Pour une mise en ligne à titre gracieux d’œuvres Françaises sous-titrées

France 24 mise à part, la visibilité et la diffusion de la culture française sur internet est aujourd’hui limitée à la communauté Francophone.

 Le succès que rencontrent certains artistes étrangers dans la vente de leurs DVDs sur le territoire Français alors même qu’il n’y ont jamais mis les pieds ou été diffusés (e.g. Jeff Dunham) devrait pourtant éveiller la curiosité du personnel du ministère de la culture. Ils se rendraient compte de l’impact de la diffusion en ligne et à titre gracieux de spectacles, émissions et séries étrangères sous-titrées en Français sur le rayonnement culturel des pays concernés.

 En effet, au delà de l’aspect piratage de séries américaines qui sortent en France 1 à 2 ans après leur diffusion su les canaux US, de nombreuses productions diffusent sur YouTube tout ou partie de leur travail, sans restrictions géographiques. La mise à disposition de versions sous-titrées offre alors à ces « œuvres » une exposition et une diffusion hors de leur frontières à moindre coût.

 En France, ce fonctionnement est aujourd’hui inexistant. Aucun spectacle ni aucune série n’est disponible en version sous-titré anglais sur les réseaux. Des émissions au niveau culturel relativement limité comme The Voice vont même jusqu’à bloquer la diffusion des chansons interprétées en Anglais par leurs candidats.

 Et pourtant, un pirate sous-titrant en anglais puis diffusant un épisode des guignols aura aujourd’hui plus d’impact sur le rayonnement culturel de la France que toutes les conventions bilatérales et multilatérales signées ces dernières années. Et on ne parle même pas de l’efficacité budgétaire associée.

Le grand public et les profs de Français à l’étranger n’attendent que ça. Apprendre le Français sur un épisode de Bref parlant de la fermeture de Megaupload est tout de même plus sexy que de travailler sur l’extrait d’une pièce de théâtre de Maupassant… Et les œuvres qui seront découvertes à l’international par ce biais ne feront qu’accroître la visibilité et l’attractivité de leurs auteurs, et de leur pays.

 Alors, en attendant que le ministère et/ou les maisons de production envisagent de valoriser et de diffuser des extraits des spectacles de Dany Boon, Gad Elmaleh ou des épisodes de Bref1 avec sous-titres en Anglais, Arabe et Espagnol sur YouTube glissons discrètement le nom de subtitleWorkshop pour windows, et de ce que vous voulez sous linux et mac, comme ça, à tout hasard…

1Qui sont quand-à-eux disponibles sur le site de canal, saluons au passage la démarche.

A quand une boussole des dons ?

Il n’existe à ce jour aucun site francophone permettant d’obtenir une liste des organismes (associations, ONG, fondations, etc…) susceptibles de recevoir des dons, et à plus forte raison de les trier en fonction de leurs domaines d’intervention, de la qualité de leur gestion et de leur impact.

Lire la suite…

Catégories :Individu, Propositions, Social Étiquettes : , , , ,

Marché du livre numérique : de la place pour une révolution

27 février 2012 1 commentaire

En France, à l’heure où j’écris ses lignes, le différentiel de prix moyen entre un ouvrage papier et son équivalent numérique est de 21%. Aux USA, ce différentiel est supérieur à 50%; en Allemagne et en Angleterre il dépasse les 40%.
Et dans le cas de la France, ce différentiel de 21% ne tient que si l’on n’intègre pas la comparaison livre de poche/ebook faite ci-dessous – à titre d’exemple – pour L’ultime secret … mais passons sur ce point de « détail ».

Fnac.com/Amazon.fr – Ouvrage :  Hunger Games (fr) – Papier : 17,01€ livraison incluse – Téléchargement : 14,99€ – soit 2,02€ de différence (-11,87%).
Fnac.com – Ouvrage :  L’ultime secret – Papier (grand format) : 21,38€ livraison incluse – Téléchargement : 15,99€ – soit 5,39€ de différence (-25,2%).
Fnac.com – Ouvrage :  L’ultime secret – Papier (poche) : 5,70€ livraison incluse – Téléchargement : 15,99€ – soit 10.29€ de différence (+180%).

Alors, à qui la faute ?  Comment, et qui,  se réparti le prix d’un livre papier aujourd’hui ? Lire la suite…

Catégories :Culture Étiquettes : , , , ,

Grèce : à l’instar de l’Argentine il aurait fallu faire défaut

26 février 2012 Laisser un commentaire
Catégories :International, Politique Étiquettes : , , ,
%d blogueurs aiment cette page :