Accueil > Député, Ministre, Politique, Président, Propositions > Publicité des parrainages : Encore heureux !

Publicité des parrainages : Encore heureux !

Le Conseil Constitutionnel a rejeté la Question Prioritaire de Constitutionnalité (QPC) déposée par le FN requérant l’anonymat des parrainages à l’élection présidentielle; les Corinne Lepage, Christine Boutin et autres Marine LePen en sont pour leur frais.

Je dis bravo.

Si les difficultés que rencontre notamment le FN pour obtenir ses 500 parrainages d’élus nécessaires au dépôt d’une candidature à la présidentielle sont scandaleuses, en demandant l’anonymat ces dames confondent causes et conséquences.
Qu’un parti ayant obtenu plus de 20% des votes exprimés aux dernières élections ne soit pas assuré de pouvoir présenter un candidat est une preuve du dysfonctionnement de notre démocratie, mais comment peut-on souhaiter aller vers plus d’opacité ? C’est parce que notre démocratie est imparfaite que cette situation existe, mais plutôt que de l’améliorer elles proposent de s’éloigner de l’idéal démocratique.  Sous prétexte que c’est plus rapide, plus facile pour un élu de ne rien dire de ses parrainages nous devrions  soutenir l’anonymat ? Le statu d’Élu rime avec responsabilité, pas avec facilité.  Et un parrainage n’est pas un vote.

Si le maire de ma ville annonce publiquement qu’il a accordé son parrainage aux candidats du Front National et de la Ligue Communiste Révolutionnaire car il estime que leurs idées sont partagées par un nombre de citoyen suffisamment important pour qu’ils aient le droit d’être entendus et représentés à l’élection présidentielle, je n’y vois aucun problème. Par contre, si les parrainages sont anonymes et que j’apprends que mon élu a discrètement soutenu le FN (par exemple), alors cela me pose un problème, car cette discrétion a alors de forte chance de cacher un partage de point de vue. Ce qui est complètement différent.
Le fait d’obliger les élus à annoncer ET justifier leurs parrainages serait bénéfique pour tout le monde, pour les élus – en leur rappelant le concept de responsabilité –  et pour notre démocratie. Charge ensuite à eux (et à nous) de combattre publiquement les idées que nous ne partageons pas.

Il n’est pas question d’occulter les difficultés actuelles qu’ont les « petits » candidats à obtenir leurs signatures, mais les solutions où la démocratie en sort grandie sont les seules acceptables. Nous pourrions ainsi, à l’instar du Portugal, de la Roumanie, de la Finlande,…  permettre à un candidat de se présenter à l’élection présidentielle si il réuni 500 signatures d’élus ou 500 000 signatures citoyennes.

Dans une démocratie, la bataille se joue à visage découvert.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :